Définition de la presbytie, différence avec l’hypermétropie

Le cristallin de l’œil jeune a la faculté de se courber en fonction de la distance de l’objet observé : c’est l’accommodation qui permet de voir aussi bien de près que de loin. Pendant le processus de vieillissement du corps, ce cristallin perd de son élasticité, les muscles se rigidifient et la « mise au point » est de plus en plus difficile : c’est l’origine de la presbytie.

 Qu’est-ce que la presbytie ? Une définition simple se résumerait à la perte d’acuité visuelle de près, due au vieillissement oculaire. L’œil presbyte ne s’accommode plus aussi bien que l’œil jeune au changement de distance de différents objets observés, et sa vision de près en est perturbée. Le développement de la presbytie démarre dès la naissance, mais il ne se remarque réellement qu’à partir de 45 ans, lorsque l’évolution atteint le point où des lunettes deviennent nécessaires. La presbytie progresse ensuite d’une dioptrie tous les 5 ans environ, pour atteindre 3 dioptries à 65 ans (le degré de presbytie ne dépend pas uniquement de l’âge, mais se stabilise à environ 3 dioptries en fin de processus).

 Il ne faut cependant pas confondre hypermétropie et presbytie : l’hypermétropie est le plus souvent congénitale, et la personne hypermétrope va bien voir toute sa vie (de loin comme de près) puis, à partir de 40 ans, va commencer à avoir des troubles de la vision de près, puis de loin. La personne presbyte ne cessera jamais de bien voir de loin, mais aura des problèmes de vision de près à partir de 45 ans.

Enfin, contrairement aux idées reçues, la myopie n’empêche pas la presbytie, elle en compense simplement les effets sur les premières années.

La myopie est un problème de vision de loin, alors que la presbytie est un problème de vision de près.

 À lire également : mieux connaître les symptômesquand faire un test