Les implants intra-oculaires

À partir de 45 ans, le vieillissement du cristallin est tel qu’il perd de sa souplesse, et ne permet plus une « mise au point » efficace. Les yeux ne s’accommodent plus au changement de distance aussi facilement qu’auparavant, et la vision de près est altérée : c’est la presbytie. Il est nécessaire de trouver une correction adaptée dès les premiers symptômes de la presbytie. Cependant, la correction doit être régulièrement changée, puisque la presbytie évolue d’années en années, augmentant d’une dioptrie tous les 5 ans environ.

On considère que la presbytie atteint son apogée autour de 55-60 ans. Elle n’évolue plus, et ces presbytes ne devront plus (ou presque plus) changer de paire de lunettes en fonction de l’évolution de leur dioptrie. Ce type de personnes presbytes peut donc s’orienter vers l’implant intra-oculaire. C’est une technique sûre, qui ne permet pas seulement de corriger la presbytie, mais également les autres troubles de la vision, comme la cataracte, une myopie légère ou un faible astigmatisme.

Le principe est très simple : quand une personne devient presbyte, son cristallin devient moins souple, il faut donc le remplacer par une lentille artificielle multifocale. Le fait de remplacer le cristallin par une autre lentille anticipe donc les problèmes de cataracte, et peut corriger quelques troubles légers de la vision.

 

Ce remplacement de lentille permet une vision toute distance (multifocale), et 90 % des patients ayant choisi cette option ne portent plus de lunettes. L’opération est très sécurisée, rapide et « pratique » (anesthésie locale). Cependant, elle reste très chère : environ 2000€ par œil, non remboursée (sauf en cas de cataracte, environ 500€ par œil sont remboursés).

À lire également : la chirurgie laser pour corriger la presbytie